La (D)Haine appelle la (D)Haine

Publié le par alexis brunet

lien .

Reçu ce matin sur mon adresse e-mail, le texte qui suit, et ce

"Bonsoir,
 
Plus de 22 000 personnes ont déjà signé la pétition "Non au contrôle génétique de l'immigration". Dans quelques jours, le Sénat votera à son tour sur l'amendement mis en cause dans la pétition, et nous avons obtenu une victoire partielle car la commission des lois du Sénat ai rejeté cet amendement. Nous avons appris par des sénateurs que même si le Sénat s'y oppose le gouvernement ferait tout pour faire passer l'amendement Mariani. Ses défenseurs mentent en affirmant qu'il facilitera le regroupement familial. Il est en fait destiné à lutter contre la fraude documentaire et constituera une entrave supplémentaire au regroupement familial. Si cet amendement était voté la France serait le seul pays Européens où le recours à des tests ADN concernant l'immigration serait favorisé par un texte de loi. Rappelons aussi que la loi de bioéthique, qui s'applique en France, a interdit l'utilisation de tests génétiques en dehors des besoins thérapeutiques et de certains cas liés à des affaires judiciaires. Les scientifiques à l'origine de cette pétition ne peuvent rester muets devant la nouvelle utilisation de cette technique issue de la recherche. Cela préluderait à l'utilisation systématique de ce type de test pour une catégorie de la population, et rien ne s'opposerait ensuite à ce qu'il soit utilisé pour d'autres catégories. Ce serait donc
une première et ce serait donc très grave. Il faut alerter nos concitoyens et faire signer massivement la pétition sur le site de Sauvons la Recherche ."
 
Commentons. L'argument porté ici, celui du mensonge, est juste. Toutefois, le sujet occulté n'est pas seulement "la fraude documentaire". A mon simple avis, il serait naïf de penser ça. Sans tomber dans une « théorie du complot » de bas étage la fraude documentaire est l’arbre qui cache la forêt. Il y a bien entendu ce risque là, mais la réelle motivation de cet amendement est bien plus sordide, bien plus condamnable. On parle ici, et je pèse ce mot là de toute sa signification, de racisme d’état. Comment ose-je, entends-je déjà parmi vous ?
 
Tout simplement en trouvant une certaine logique. Effrayante d’ailleurs cette logique. Exposons les faits, qui appuient mon idée.
 
Il y eu, tout d’abord, l’appropriation par notre mètre à tous des thèses dites « acceptables » (déjà là, j’ai du mal) du front national. Caché derrière une cause électoraliste, ente nous soit dit, déjà inacceptable, qui nous dit, aujourd’hui, qu’elle n’était pas réellement « à appliquer » dans la tète du petit nicolas ?
 
Et puis il y a eu le discours de Dakar. Avec des phrases qu’on espérait ne plus entendre de la bouche d’un occidental : 
« 
La colonisation n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique », « Le problème de l'Afrique, c'est qu'elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l'enfance » et pour finir « la réalité de l'Afrique, c'est celle d'un grand continent qui a tout pour réussir et qui ne réussit pas parce qu'il n'arrive pas à se libérer de ses mythes ». 

Sarkozy parle d’Afrique, comme s'il parlait d’un pays, ce qui signifie racisme. L’Afrique n’existe pas. C’est un continent, avec ses différentes cultures. Parler de l’Afrique ainsi relève de l’idée « qu’ils sont tous pareils ». Car en plus du sens colonialiste évident de ces paroles, Sarkozy suit sa ligne politique de négationnisme
. Refuser la repentance, c’est une autre façon de dire qu’on n’accepte pas son tort, qu’on refuse l’histoire.

Alors pour en finir, et bien qu’on en ait encore pour 5 ans, (et comme Sarkozy a dit à Bayrou, « c’est long, cinq ans ») réagissons, et signons les pétitions, ici et ici .
 

 

Publié dans PouX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-Laetitia Gambi� 06/10/2007 19:03

Ah je l'avais pas la "nostalgie du paradis perdu de l'enfance" ... très joli ... éminemment raciste ... fabuleux ... Ah ces bons noirs quels grands enfants !!! Bon, il est bien le manifeste des chercheurs, argumente un peu sur le fait que ce soit par eux que ça bouge, si je puis me permettre de suggestionner. ;o)  Ils sont rarement bavards et quand ils bougent, on le sait peu, mais ça bouge derrière ... ils font peur ... eh eh, eh oui !