Bijoux

Publié le par Alexis Brunet


Il est des artistes invités chez Drucker, mais que peu de monde malheureusement connait. C'n'est pourtant pas faute d'avoir gagné des prix ! Victoire de la musique 2006 (l'artiste interprète de l'année), révélation féminine des victoires pareilles, mais en 1997, et j'en passe.  


Pourtant rien sur les radios. Pas un tube fredonné dans les rues, sifflé dans les avenues. A croire que Juliette Nourredine s'écoute seul, le soir, dans le noir, téléphone décroché, et enfants chez beaux parents. Mais pourtant, tudieu, voilà une artiste qui fait du bruit, et pas qu'avec sa bouche !


Finesse des textes, comique des images, et richesse de composition (au piano, si rare aujourd'hui) ça devrait faire tourner des tournées tout ça ! Oh bien sûr elle a un public, sinon on n'en serait pas là. On lui accorde de temps en temps une petite place à côté des autres, comme sur le lien plus haut. Il n'y a encore que sur Inter ou on peut avoir la chance d'écouter d'un bout à l'autre une de ses chansons. Ha c'est sûr on n'est pas prêt de l'entendre sur TF1 ou de la voir sur NRJ !


Et pourtant, y'aurait de quoi dire ! 8 albums, (en fait 10 mais 2 sont épuisés) dont 4 en public, ce qui montre qu'elle s'écoute aussi quand y'a du monde. Et qu'en plus d'être délicieuse dans ces textes, elle sait faire bouger la foule. C'est ça le musique hall ! Des belles chansons, comme celle-ci, ou celle-ci, avec un air de fanfare par là, un piano jazz ici.


Tiens parlons en des chansons, vu qu'on est là pour ça quand même. Elles font parties de ces ritournelles qui enivrent sans le mal de tête. Ses chansons sont avant tout populaires, au sens noble du terme. Elles font gigoté l'oreille tant la langue est habile. Les arrangements servent cette langue riche, audacieuse, et légère. Pour comparer, si Ferrat vous décrit sa montagne, Juliette nous invite à y crapahuter. Quand le Jeannot vous parle de « l'horrible piquette », elle nous pousse dans la cave à pépé, et attention « amuse pas le verre, y'en a qu'un ! ». Et si elle aime le bleu lourd, Juliette sait nous montrer que son art est encore vert.


Comme une môme, elle n'hésite pas une seconde à sauter dans les flaques de l'électro, et du reggae, du rap. Comme une môme elle partage son goûté avec les plus petits, les plus fragiles. Rendez vous compte ! Madame anti-jennifer a quand même écrit le premier single de la tout-juste débauchée de la starac' Olivia Ruiz ! Finalement c'est ça Juliette : un mélange iconoclaste, mais pas tout le temps pour de rire. Avec elle, on danse la valse en doc Martens, on étale sa rillette sur une chips, et on sable le mouton cadet, juste pour l'ivresse.    


Toujours est-elle, qu'est sorti depuis le 04 Février 2008 (quoi ? Déjà ? ) son nouvel album, titré « Bijoux et Babioles » !

Publié dans BijouX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

daniel 20/06/2008 17:49

Je l'ai découverte récemment (*) : c'est chouette Juliette.(*) Mais j'avoue être un vieux chnoque conservateur en variètés (ce qui n'est pas le cas avec le cinoche où je me tiens mieux à la page). Tu sais en dehors de Brel, Brassens, Ferrat d'un côté et de l'autre Elvis, Jerry Lee ou Otis... je ne connais pas et quand je connais un peu je n'aime pas grand chose.Ainsi je viens de faire la découverte de quelques  petits jeunes comme Cabrel, Souchon..... et surtout Juliette c'est vraiment chouette.

magali 12/06/2008 12:48

ça m'donne envie d'acheter son album et un bijou tout ça !

Alexis Brunet 12/06/2008 13:40


Oseriez vous insinuer que le dernier album de la Nourredine est une babiole ? Si oui, tanpis pour le bijoux, faites zattention :-D