1&1=3

Publié le par Alexis Brunet


Ils l'ont fait ! 11 ans qu'ils n'avaient rien créé. 10 ans qu'ils n'avaient rien sorti ensemble. Ho bien sûr, il y eu « out of season » en 2002, par la chanteuse Beth Gibbons. Mais les aficionados comme moi attendaient cela avec tant d'impatience que l'annonce il y a quelque mois s'apparentait à un miracle annoncé. Le quintet de Bristol, Portishead, allait enfin sortir un troisième album.


Je vous dis ça comme si je suivais de près la scène anglaise. Mais c'est tout faux. En fait, c'est en parcourant les virtuelles pages du monde que j'en entendais parler. Mais, en tant que journaliste citoyen apprenti, il faut bosser ses effets d'annonce, non ?


Mais tout ceci n'a plus aucune importance. Je l'ai ce fichu album. Sobrement titré « third », il démarre par un rythme hypnotique. Normal pour du trip hop, vous pourriez dire, mais on n'en n'est plus là. Le premier album « Dummy » mettait les basses en avant, avec cette ligne inoubliable du titre « glory box ». Pour leur deuxième, « Portishead », c'était les aigües qui prenaient cette place de choix. Avec « Third » qu'en est-il ? Dès le premier titre on est surpris.


Dès les premières mesures, on le remarque : la pulsation est plus enlevée, plus rapide, on est dans une ambiance funk des 70's genre blaxploitation. Pourtant les instruments « traditionnels » du trio sont là : guitare doucement distordue, basse énorme, et violons grinçants. Mais l'enveloppe sensuelle et chaloupée des deux premiers albums est ici mis en suspend (on la retrouve à partir du 3ème  titre) pour une rythmique plus soutenue et plus minimaliste.


 Et la voix ?


Et oui, la voix douce-amère de Beth Gibbons, autrefois très travaillée par des échos subtils ici sonne différent. Moins suiveuse de ligne harmonique, elle impose une mélodie plus travaillée, plus composée. Beth Gibbons a composé depuis. On sent qu'elle est plus libre de ce qu'elle souhaite faire. Toujours aussi triste, elle montre plus de maîtrise à imposer sa patte velouté à l'ensemble sonore, qui de fait, prend moins de place qu'avant.


Pourtant, concernant cet ensemble, on trouve ici des influences bien plus technoïdes. L'utilisation de nappes de sons aléatoires utilisée comme soutien d'ambiance pour leurs précédentes productions est mis en avant. Les samples qu'ils utilisent sont plus présents, plus travaillés. Sans affaiblir la saveur romantique de leurs précédents titres, Portishead semblent nous prouver qu'ils sont bien vivant.


« Third » est, comme les deux premiers opus, une alchimie subtile entre spontanéité de composition, et maîtrise des instruments : un troisième « premier album parfait ».

Publié dans BijouX

Commenter cet article

Marie-Laetitia 27/05/2008 13:13

WOW mets pas des titres comme ça, j'ai cru que Mag était enceinte ! (et le code pour valider est, chte l'donn'Emile : BB3 !!!!)