36 15 code

Publié le par Alexis Brunet

Comme vous pourrez le remarquer, cet article est la première d'une nouvelle catégorie. Pour vous mesdemoiselles, mesdames, messieurs, votre honneur, père et mère, la rubrique « intervioux » est désormais inaugurée.

Mais suffit de causer de soi, et arrivons-en aux faits.

Hier soir, la pluie battait. Trombe d'eau, et température plus que fraiche n'aurait pas empêché le monde de tourner, mais peut être de sortir. C'était sans compter  la venue, au bar « l'éclusier », à Niort, du trio « Minitel Rose ». Electro-nique pourrait-on croire à la première vue de ce nom. Vous n'y êtes pas. Et c'est Raphaël, un des chanteurs du groupe (avec Romain et Quentin) qui va vous le dire, mieux que moi donc. J'ajoute, dans un souhait de déontologie mal appliquée, que le dialogue qui suit est une adaptation. L'intervioux s'est fait autour de fans, et je vais vous livrer, notes à l'appui tout de même, une interprétation de la conversation. J'aurais certainement dû enregistrer, mais comme c'était ma première, les erreurs seront peut être mieux acceptées.


- Alexis Brunet : Alors salut Raphaël, peux tu m'en dire plus sur ton groupe, pour tes fans ?  

- Raphaël des « Minitel Rose » : Salut. Pour tout dire, le groupe est originaire de Nantes, mais c'est vraiment le public de Paris qui nous a permit de démarrer. A Paris, ça a fonctionné très vite.


- AB : Et quelle est la raison de votre venue sur Niort ? On peut lire sur l'affiche du concert « release party », vous sortez donc un album ?

-Rd « MR » : En fait notre album sort dans un mois. On a fait une release party à Niort parce qu'on est distribué par « La baleine distribution », domicilié à Niort. Il était donc normal de faire notre show ici. En fait, la « vrai » release party est prévue à la flèche d'or, à Paris, même si elle n'est pas encore annoncée. Il y aura aussi le concert pour les 10 ans de la Baleine, au Batofar à Paris, le 29 mai prochain. Plus d'autres dates, un peu partout... .


-AB : Impressionnant quand même. Concernant votre musique. Après avoir vu votre concert on a l'impression (insufflée par Fourchette, je précise ici) d'entendre les Beastie Boys, en plus électro. C'est voulu ?

-Rd « MR » : Ca me fait super plaisir parce que ça faisait longtemps qu'on me l'avait pas dit. En fait on nous le faisait remarquer souvent à nos débuts, mais on en entendait plus trop parler. C'est cool. Attention, on n'a pas la prétention de se comparer à eux, c'est impossible d'ailleurs. Mais on essaie d'avoir la même énergie qu'eux sur scène.


-AB : Et en studio, c'est la même chose ?

-Rd « MR » : En fait notre album est vraiment différent de ce qu'on peut faire sur scène. A part pour les textes, il n'y a pas grand-chose de ressemblant.


-AB : Concernant votre nom, il y a un concept derrière ?

-Rd « MR » : En fait « Minitel Rose », ça vient de plusieurs origines. Le minitel c'est une machine française, comme notre musique. Rose, parce que tous nos textes parlent d'amour. Et le minitel a été inventé en 1981, et notre son est vraiment inspiré de cette période musicale. Pas grand-chose à voir avec le cul donc, bien que beaucoup nous parle de ça.


-AB : Et pourquoi pas le cul alors ?

-Rd « MR » : Parce que d'autres en parlent, et s'en inspirent bien mieux que nous.


-AB : Merci pour cet intervioux, Raphaël. Un dernier mot pour terminer ?

-Rd « MR » : Je n'sais pas. Allez visiter notre myspace, et faites la fête !



Publié dans InterviouX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article