Panem, Circenses et Tatami

Publié le par Alexis Brunet

 

Propagande, contre propagande.

L'une est consensuelle, célébrant la beauté de l'effort du sportif, et le rêve de celui-ci à en découdre avec toutes les nations du monde, et l'autre, plus révoltée, se réclamant des droits de l'homme, contre l'aspect hérétique, et blasphématoire, des Jeux Olympiques à Pékin. Depuis 2001, année de l'attribution des jeux à la Chine, personne n'osait dire quoi que ce soit sur ce paradoxe : l'olympisme, symbole de la fraternité, du respect de l'homme, célébré en Chine, dictature sanguinaire, intolérante, et mafieuse. Pour métaphoriser, c'est comme si on allait cuire son steak chez un végétarien.


Alors que dire ?


Vous vous doutez bien que si j'ai pris le clavier ce soir, c'est pour dire des trucs. Faire mon intellectuel, et dire, « je m'offusque », parce que les intellectuels d'aujourd'hui, ils s'offusquent.

Dire que c'est dégueulasse de souffler sur la bougie quand c'est même pas son anniversaire. Dire que c'est dégueulasse de sourire pour la photo, alors que d'autres veulent seulement revoir leur maison.

Dire que c'est facile de dire « je m'offusque » alors qu'ils avaient 5 ans pour le faire, et qu'on les a jamais entendu.

 


Dire que c'est facile de courir entouré d'un flic, on ne risque pas de tomber, même avec une torche dans la main.

Dire que finalement, entre Chinois impérialiste, et Bouddhiste extrémiste, je n'ai que peu d'envie de choisir un camp.

Mais je n'ai pas envie d'entendre David Douillet (le gros con avec une ceinture noire, comme l'avait doucement appelé Didier Porte) dire que c'est un honneur de participer aux JO alors que tout le monde d'un peu pas con sait que c'est surtout l'occasion rêvée d'empocher un maximum de fric.

Je n'ai pas envie d'entendre dire que l'organisation des JO va mettre la Chine face à ses paradoxes, et tirera cette nation vers le haut.


On ne change pas un système si facilement.


En 2001, comme beaucoup de Français, l'indignation pris vite la place de la déception, en entendant la victoire de Pékin.


Aujourd'hui, la Flamme bientôt chinoise est passé devant des journalistes frappés, des opposants enchaînés, des manifestants diabolisés, et des sportifs instrumentalisés.

On est déjà en Chine ?

Publié dans CaillouX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article