Quand le luxe est éphémère

Publié le

 

bijou-.jpgParlons culture (mais non restez ! ça sera pas trop chiant...).Vendredi soir dernier, accompagné de sa douce, votre aimable serviteur est allé au spectacle. Un groupe, pile poil ce que j’aime avait donné rendez vous à ces amateurs, et aux autres, pour une bonne heure et demi de musique. Le groupe c’est Electro Deluxe. Pour les fatigués du click, je résume. Un batteur, un bassiste, un clavier, un saxophoniste-programmateur. Et puis des invités, un trompettiste, et une chanteuse. Le style ? Minute j’y viens. Une monstrueuse machine à son, funk, jazz, électro, hip hop (à mes souhait). Technique sans être démonstratif, puissant mais pas inaudible, parfois planant, mais sans fumées douteuses, ce Combo comme on dit maintenant, embarque tout son ptit monde dans une « party » énervée, spontanée (et avec un sampler c’est pas si évident). Bon c’est sûr il faut aimer le funk, et y’en a. Mais y’en a qui aiment pas tant que ça. Tants séduits par la technique du saxo, le minois du trompette, ou les grimaces du bassiste, certains dans la salle ont néanmoins quitté le concert avant le troisième rappel.

Et pour une très bonne raison.

Comme dans tout concert, il y a une tète d’affiche. Et donc une première partie. Et en première partie, on essaie de mettre un groupe dans le même style mais pas tout à fait. Et donc en première partie d’Electro Deluxe, il y avait FMR.exe . Et la mon ptit pote, ou ma bonne potesse, accroche toi.

Parce que si machine à son il y a eu de décrit plus haut, ici on parle de complexe industriel en 3/8 ! Dans un mélange de musique électroniques dansantes (pour les initiés, jungle ET drum ‘n bass), de Hip-hop juste suggéré, et de jazz, le public, donc nous, n’a pas attendu 2 morceaux pour sentir entre nos deux oreilles naître un étirement horizontalo-verticalo-labiale. Et en chœur s’il vous plait ! La musique, car c’en est, était aérienne, orageuse. Les rythmes athlétiques du batteur s’accordaient en douceur avec le déhanchement du bassiste. Sans être narcissique, les nappes de sons, ponctués par des échantillons sonores (ceux qui lisent jusqu’au bout savent maintenant ce qu’est un sample) de Louis de Funès (le gendarme et les gendarmettes, un navet immonde) nous faisaient sautiller, car avec des chaussures de ville on ne saute pas. Mais le reste du public, lui n’a pas hésité.

Deux excellents groupes, donc, à causer, diffuser, acheter, pirater, en tout les cas, écouter.

Publié dans BijouX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-Laetitia 09/12/2007 16:03

On se relâche sur le rythme ! Trêve des confiseurs ? ;)

Marie-Laetitia 08/12/2007 23:57

Pi c'est vrai que comme Parigot pur jus tu te poses là en plus... sale bourge !

Alex 07/12/2007 16:55

moi? un bobo ?J'avoue j'achète des fringues au comptoir des cotonniers mais je roule en twingo de 96 et  jamais je paierai plus de 3 euros pour un demi à Paris !c'est la meilleure ...!!

thco 02/12/2007 15:16

j'ai cru entendre que sur slsknet.org on trouvait pas mal de choses dans le genre électro et que les dj se servent assidument de ce logiciel P2P, mais je sais pas si c'est vrai...

Alex 02/12/2007 10:17

Regardez les enfants quelque chose d'étrange : Un troll ! Ba non on en avais jamais vu ici encore. Allez celui là on lui laisse une chance de s'en sortir, mais faut pas qu'il appel ses ptits copains hein.